Centre d’Évaluation pour Alcooliques et Toxicomanes

CÉPAT
MonographieBrève monographie sur la cocaïne

Brève monographie sur la cocaïne

Cocaïne

Par ailleurs la drogue qui est apparue depuis les années 70 en Amérique du Nord à l’état épidémique est la cocaïne. La cocaïne est le principal alcaloïde du coca. Il s’agit de l’alcaloïde naturel contenu dans les feuilles d’un arbuste appelé l’érythroxylom coca qui est cultivé au Pérou surtout en Bolivie et au Mexique. Les feuilles contiennent entre .5% et 2.5% de cocaïne. Après extraction, la cocaïne est purifiée en un sel hydrochlorique sous forme de cristalline qui peut être pur à 90% à 95%. Lorsqu’elle est arrivée à destination la cocaïne est souvent mêlée avec d’autres produits en particulier du Manitol, du Lactose, de la Xylocaïne, de la Procaïne, et souvent du PCP. La qualité de la cocaïne de rue peut varier entre 5% et 75%.

Action de la cocaïne
La stimulation du système nerveux central est un des effets dominants de la cocaïne. Le cortex est d’abord stimulé entraînant une augmentation de l’activité motrice, une excitation et de l’agitation. Plus tard il y a stimulation des centres moteurs plus bas situés dans le cerveau et des crises tonicocloniques peuvent survenir. L’effet sur la région médullaire peut d’abord causer une simulation
et éventuellement cause une dépression respiratoire.

Mode de consommation de la cocaïne
L’usage de la cocaïne peut se faire de plusieurs façons soit de façon topique par voie orale (feuilles de coca), par inhalation nasale (snorting), elle peut être fumée (« free basing »).

La cocaïne absorbée par voie topique est utilisée seulement de façon licite c’est-à-dire dans le but de faire des anesthésies locales vg : ophtalmologie.

Par voie orale l’absorption est minime et souvent insuffisante pour donner un effet euphorique. Cette forme de consommation est utilisée surtout par les autochtones d’Amérique du Sud qui mâchaient les feuilles de coca.

Par voie nasale ou snorting. De cette façon la cocaïne est aspirée par le nez et elle atteint le cerveau en 3 à 4 minutes. L’action maximale dure 20 à 60 minutes.

Par voie endoveineuse la cocaïne est mêlée avec de l’eau et atteint le cerveau dans environ 14 secondes. L’action maximale dure environ 3 à 5 minutes et la demi-vie est de 50 minutes.

Par voie endoveineuse, on peut avoir un syndrome de mort subite souvent relié à la cardio-toxicité directe de la cocaïne.

À noter que l’absorption de la cocaïne, lorsque faite par voie endoveineuse, est parfois combinée à de l’héroïne, elle prend alors le nom de « speed ball ».

La cocaïne peut être fumée soit sous forme de « free base » ou de « crack ». Par cette voie la cocaïne est absorbée plus rapidement que par voie endoveineuse et peut atteindre le cerveau en deçà de 10 secondes. La demi-vie, de cette façon, est d’environ 50 minutes. Souvent les usagers, afin de maintenir leur « high » et prévenir les effets dysphoriques vont répéter les doses et augmenter la demi-vie.

Le « free basing » : C’est une solution aqueuse de chlorhydrate de cocaïne à laquelle on ajoute un alcalin (bicarbonate de soude). Il résulte de ce mélange une base de cocaïne sous forme de précipité. A cette base on ajoute un solvant tel que l’éther qui est ensuite évaporé pour donner ensuite une préparation pure de cocaïne. Les cristaux ainsi formés fondent facilement et peuvent être fumés.

 

Centre d’Évaluation pour Alcooliques et Toxicomanes
514-596-0400

Courriel: sgosselin@cepat.ca

Adresse

1140 avenue Beaumont
Ville Mont-Royal, QC
H3P3E5